Communiqué : Ouverture de la concertation LNPCA phase 1&2

Communiqué du 17 Juin 2019
Ouverture de la concertation LNPCA phase 1&2

Mercredi 12 juin s’est tenu au World Trade Center à Marseille la première réunion de concertation sur les phases 1&2 de la ligne nouvelle ferroviaire Marseille Nice (LNPCA). Mr Philippe TABAROT, Vice-Président Chargé des transports au Conseil Régional Sud Provence et Mr Jean Marc ILLES Responsable de la mission LNPCA à SNCF Réseau, ont rappelé la nécessité de cette infrastructure prévue dans la Loi
d’Orientation des Mobilités ( Loi LOM ) en discussion actuellement à l’Assemblée Nationale et ayant fait le matin même l’objet d’une rencontre avec la Ministre des Transports Elisabeth Borne.

Compte tenu des problèmes de pollution et de nuisances dus principalement à la route, dont est victime la région, il est reconnu que le développement de la mobilité ferroviaire est le seul moyen de répondre à ces défis environnementaux en assurant un report massif vers le train, mais les installations ferroviaires existantes ne suffiront pas, il devient donc indispensable de les moderniser et et de les augmenter le plus rapidement possible.

Depuis bientôt 20 ans, de projets en projets, la nouvelle ligne ferroviaire rejoignant Marseille à Nice pour répondre à cet objectif, se précise. La nouvelle concertation qui débute donne aux habitants la possibilité de donner leur avis compte tenu des problèmes évoqués ci avant.

En ce qui concerne notre Association, nous prenons acte de l’avancement du projet. Nous participerons activement à cette concertation et préciserons nos choix parmi les différentes variantes proposées mais :
– nous rappelons que les phases 1 et 2 de la LNPCA concernent avant tout :
– le renforcement (nécessaire) des installations existantes,
– une petite amorce de la Ligne Nouvelle avec :
– la traversée souterraine de Marseille, et une nouvelle gare sous la gare actuelle de Marseille St Charles,
– la transformation en gare TGV/TER Nice Aéroport de la halte TER Nice St Augustin
– le déplacement de la halte TER de Cannes la Bocca sur le site de Cannes Marchandises (qui sera transformée en gare TGV dans les phases ultérieures)

– la mise en service de la phase 2 en 2033 est beaucoup trop tardive. Avec les seules phases 1&2 :
– il n’y aura toujours pas de Ligne Nouvelle entre Marseille et Nice, la capacité de l’unique ligne existante, malgré les améliorations restera limitée,
– il faudra toujours 2h40 pour aller de Marseille à Nice, distantes de seulement 158 km à vol d’oiseau, soit une vitesse moyenne inférieure à celle du pigeon voyageur (60 km/h),
– Au 21è siècle, la 1ere technopole européenne, Sophia Antipolis, que le projet LNPCA doit desservir, n’aura toujours pas de desserte ferroviaire.

Ce sont ces raisons qui ont conduit notre Assemblée Générale annuelle qui s’est tenue le 24 Mai aux Arcs sur Argens, à demander une véritable accélération du calendrier du projet . Face aux urgences climatiques, on ne peut pas renvoyer les solutions à l’après 2030 ! A l’heure où la société s’interroge sur l’interdiction des trajets aériens intérieurs et/ou leur taxation, la SNCF doit se préparer à accueillir 4 à 5 millions de passagers supplémentaires sur ses TGVs de la Côte d’Azur si ceux-ci ne peuvent plus prendre l’avion. Comment y parvenir si on ne peut pas faire circuler de trains supplémentaires ?

Dans ces conditions, il est totalement inacceptable que la phase 2 de la LNPCA soit encore amputée : le dossier de la concertation indique ainsi que le doublement des infrastructures ferroviaires au nord de Marseille ( tunnel St Louis ) ou la 4è voie dans la Vallée de l’Huveaune sera renvoyée en phase 3 . Il est dommage que ces orientations bloquent le développement des TER dans la métropole Marseillaise (boucle Marseille Gardanne Aix Rognac Marseille, Côte bleue…).
Nous serons amenés à défendre la solution du shunt souterrain d’Aubagne entre la Penne-Sur-Huveaune et Cassis.
Nous plaiderons partout pour que le maximum d’investissements ferroviaires soit réalisé , afin que soit rapidement et fortement augmenté le nombre de trains inter métropoles entre Marseille et Nice, y compris avant les phases 3 et 4 de la Ligne Nouvelle, ainsi que les trains de proximité.

Alain PATOUILLARD, Rémi QUINTON

Le communiqué en version pdf cliquer ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.